AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Soupe à la grimace et sortilège de confiance ft Nakamura Ryûhei



Harrington Aylce
Appartient à la maison ∆ Gryffondor
avatar
POUR EN SAVOIR PLUS
Soupe à la grimace et sortilège de confiance ft Nakamura Ryûhei ϟ Ven 19 Mai - 13:26

Soupe à la grimace et sortilège de confiance

Aylce sourit au soleil, son sac bandoulière tanguant doucement au rythme de ses pas. Il fait beau, le vent souffle doucement et fait s’enfuir les quelques nuages blancs qui parsèment le ciel bleu et limpide. Le printemps s’éloigne petit à petit, laissant l’été prendre sa place et la jeune sorcière en est ravie. Elle va pouvoir retourner travailler au bord du lac. Cela fait plusieurs semaines d’affilées qu’il fait trop mauvais pour sortir, si bien que ce premier week-end ensoleillé depuis longtemps tombe à pic, surtout avec la sortie à Pré-Au-Lard. Aylce n’avait pas prévu de sortir seule, à l’origine, mais ses amis lui ont fait faux-bond, préférant travailler que se détendre et profiter du beau temps. Elle peut comprendre, la fin de l’année approche et les BUSE avec. Mais elle a trop travaillé, ces derniers temps, elle veut se reposer, sentir la chaleur du soleil sur sa peau et le vent caresser ses cheveux. Peut-être les laissera-t-elle pousser cet été, elle ne s’est pas encore décidée. Mais, actuellement, elle regrette de ne pas plus pouvoir les laisser voler dans le vent. Peut-être aurait-elle dû les couper plus tôt, cette année… Elle soupire et ébouriffe ses mèches douces d’une main, les sentant retourner en place avec un nouveau coup de vent.
Elle se balade tranquillement, sans objectif particulier, descendant la rue principale du village. Puis elle le voit. Elle s’arrête, constatant que lui ne l’a pas encore vue, et elle hésite. Il y a de cela plusieurs semaines – plusieurs mois… ? Le temps passe si vite ici – il a, selon les amis de la jeune femme, agi étrangement, face à l’épouvantard de la sorcière. Un frisson la parcourt alors qu’elle se souvient de cette vision, de ce cadavre et de ce regard. Aylce secoue la tête et prend sa décision en même temps, se dirigeant vers le Serpentard. Quel est son nom, d’ailleurs ? On le lui a donné. Son prénom lui échappe aussi mais son nom… Leurs regards se croisent et elle se souvient. « Nakamura ! » Elle s’arrête face à lui, un silence s’ensuit alors qu’elle se rend compte qu’elle ne sait pas quoi dire. Elle aurait dû réfléchir un peu plus avant d’agir… Mais c’est trop tard. Il faut improviser. « Est-ce que c’est possible de discuter un peu ? J’ai… Des questions. » Elle a l’air moins sûre qu’elle ne l’est réellement et ça l’agace, la faisant soupirer et passer une main dans ses cheveux – définitivement trop courts, maintenant qu’elle y pense – avant de reprendre : « J’ai des questions par rapport à mon épouvantard. On m’a dit que tu avais l’air bizarre, en le voyant. Alors je voulais en parler, avec toi. »
@ pyphi(lia)

Revenir en haut Aller en bas
Nakamura Ryûhei
Appartient à la maison ∆ Serpentard
avatar
POUR EN SAVOIR PLUS
Re: Soupe à la grimace et sortilège de confiance ft Nakamura Ryûhei ϟ Sam 20 Mai - 16:10


Soupe à la grimace et sortilège de confiance
Feat. Harrington Aylce & Nakamura Ryûhei
I must not fear. Fear is the mind-killer. Fear is the little-death that brings total obliteration. I will face my fear. I will permit it to pass over me and through me. And when it has gone past I will turn the inner eye to see its path. Where the fear has gone there will be nothing. Only I will remain. ••• Déambulant dans les rues de Pré-au-Lard, Ryûhei se dirigea vers le magasin de plumes Scribenpenne, le seul endroit où il avait décidé de se rendre lors de sa visite dans le village. Bien que les autres magasins et auberges auraient pu permettre au serpentard de s’accorder un moment de détente pendant les révisions, ces derniers n’étaient pas au programme de son excursion. Le jeune homme souhaitait en effet ne pas s’attarder trop longuement dans le village pour ne pas avoir à observer l’euphorie dont faisaient preuve les autres élèves, euphorie qui lui insufflait un sentiment de morosité… Pénétrant finalement dans la boutique, Ryûhei  acheta les quelques fournitures dont il avait besoin, à savoir un peu d’encre ainsi qu’une pile de parchemins, avant de ressortir et de se diriger en direction du château.

Alors que le serpentard contemplait le paysage presque estival que lui offrait le village, son regard fut soudainement attiré par une jeune fille qui s’avançait dans sa direction, une jeune gryffondor dont il avait oublié le nom mais qui était lié à un souvenir douloureux. Il se souvenait encore parfaitement de ce cours de défense contre les forces du mal consacré aux épouvantards. Il se souvenait de ce cadavre au visage torturé qui était apparu devant la jeune femme. Ce cadavre qui lui rappelait celui de son père, assassiné froidement car il n'avait été qu’un « vulgaire » moldu qui avait déshonoré la famille de sang-pur de sa femme. Ce cadavre qui lui rappelait la souffrance insurmontable que lui et sa mère avaient éprouvé alors qu’ils étaient sous l’emprise du sortilège doloris… Dès que son regard s’était posé sur cet épouvantard, son teint était alors devenu livide et des larmes avaient commencés à perler aux coins de ses yeux. A cet instant, il avait eu envie de fuir la salle ou de se réfugier dans les bras d’Ilyès, l’homme qu’il aimait et qui se trouvait à ses côtés. Mais au lieu de ça, il n’avait rien fait. Pas même esquisser le moindre mouvement de recul… Non, il s’était simplement contenter d’observer de ses yeux humides le spectacle morbide qui s’était déroulé devant ses yeux…

Alors qu’il détournait le regard, il entendit son nom s’échapper des lèvres de la jeune femme et son corps entier se figea. Plongeant son regard dans celui de la gryffondor, il écouta alors avec appréhension les dires de cette dernière. Pourquoi voulait-elle des explications suite à ce qu’il s’était passé ? Pourquoi vouloir l’obliger à lui rappeler ce souvenir qu’il essayait pourtant d’oublier ? Entrouvrant légèrement la bouche, Ryûhei la referma presque aussitôt avant de se mordre la lèvre inférieure. La jeune femme ne semblait pas lui laisser le choix de fuir, n’est-ce pas ? Soupirant doucement, le serpentard posa son regard sur les différents élèves qui se trouvaient au alentour, avant de se concentrer à nouveau sur la gryffondor et de prononcer d’une voix faible, presque inaudible. « Tu… Tu ne voudrais pas aller autre part pour en parler… ? »
© 2981 12289 0

Revenir en haut Aller en bas
Harrington Aylce
Appartient à la maison ∆ Gryffondor
avatar
POUR EN SAVOIR PLUS
Re: Soupe à la grimace et sortilège de confiance ft Nakamura Ryûhei ϟ Sam 20 Mai - 17:58

Soupe à la grimace et sortilège de confiance

Tact. Délicatesse. Deux mots qu’Aylce devrait peut-être réapprendre à intégrer à ses manières. Elle n’est pas sûre. En tout cas, elle regrette un peu la façon dont elle s’est adressée au Serpentard. Il n’a pas l’air en pleine forme et elle sent une pointe de culpabilité lui percer le cœur. Elle sourirait bien mais… Ce ne serait pas approprié. A la place, elle écarte ses cheveux de son visage, recouvert par un nouveau coup de vent. « Si tu veux. Les Trois Balais ? » Elle n’attend pas vraiment de réponse mais elle se doute qu’il approuvera. C’est sans doute le seul endroit où personne ne fera attention à leur conversation. Réajustant son sac sur son épaule, la jeune sorcière prend la direction du pub d’un pas assuré, jetant malgré tout quelques coups d’œil en arrière pour s’assurer que Nakamura la suive bien. Elle lui ouvre même la porte du pub, sans pour autant sourire. Toujours pas le bon moment. Mais elle attend qu’ils soient assis, face à face dans un coin de la salle bondée, un jus de citrouille devant elle pour à nouveau parler. « Donc. Mon épouvantard. » Elle boit une gorgée, pour se donner un peu plus de temps mais, surtout réfléchir à comment aborder les choses. Finalement, Aylce soupire en reposant son verre et décide de jouer cartes sur table. Comme ça, on perd ou on gagne mais l’attente n’est pas insoutenable. « Bon, je t’avoue, je n’avais pas préparé cette conversation, je ne savais même pas, jusqu’à ce que je te vois tout à l’heure que je voulais t’en parler. Enfin peut-être un peu. Enfin bref. Je suppose qu’il faut que je t’explique quelques trucs, déjà. Ce sera plus simple comme ça. » La jeune femme ferme brièvement les yeux, remettant de l’ordre dans ses pensées avant de se reculer dans sa chaise, mains sur les genoux. « Peut-être n’es-tu pas au courant mais je m’appelle Aylce Harrington. Je ne connais ton nom que parce qu’on me l’a dit. Mais c’est tout ce que je connais de toi : ton nom de famille. Et ta maison, aussi. Et ton année. Et je crois que tu es proche de Ilyès mais c’est une autre histoire. Je m’éloigne du sujet principal, désolée. » Elle était un peu nerveuse, elle le ressentait, maintenant, ses mains jouaient ensemble, cachées sous la table. Malgré tout, elle s’efforçait de garder le regard fixé sur son interlocuteur. Elle voulait des explications. « L’épouvantard que tu as vu est… Mon père. Un moldu. Je… Je ne savais pas, jusqu’à ce cours, qu’il serait le sujet de mon épouvantard mais… Voilà. A vrai dire, j’étais persuadée que j’allais me retrouver face à une araignée, Dieu sait combien elles me terrifient… » Par réflexe, Aylce jeta un rapide coup d’oeil aux murs et au plafond, autour d’eux, un frisson la parcourant alors qu’elle repérait une toile d’araignée. Ne pas y penser. Continuer de parler. D’autre chose. « On m’a dit que tu avais l’air très secoué, en le voyant et je me suis demandée si… En fait, je ne sais pas. Je me suis demandée tellement de choses. Est-ce que tu as vécu quelque chose comme ça ? Est-ce que tu connais mon père ? Non, ça c’est impossible, il ne fréquente pas le monde magique, je suis bête ! Enfin, voilà. Je… Je sais pas vraiment pourquoi je voulais te parler, à vrai dire. C’est dingue, j’ai l’impression que plus je parle et moins je comprends et moins je suis sûre du coup je crois que je vais me taire… Voilà… » Ayle baissa le regard, fixant sa boisson avant de boire une nouvelle gorgée, afin de se donner une contenance. En reposant son verre, elle croisa à nouveau le regard de Nakamura et ne put s’en empêcher, cette fois, ses lèvres s’étirèrent en un sourire, pas très sûr de lui, mais un sourire malgré tout. Que le Serpentard s’imagine pas qu’elle était là pour le bouffer, tout de même…
@ pyphi(lia)


With luuuuuuuuuuuv:
 

Revenir en haut Aller en bas
Nakamura Ryûhei
Appartient à la maison ∆ Serpentard
avatar
POUR EN SAVOIR PLUS
Re: Soupe à la grimace et sortilège de confiance ft Nakamura Ryûhei ϟ Ven 26 Mai - 14:29


Soupe à la grimace et sortilège de confiance
Feat. Harrington Aylce & Nakamura Ryûhei
I must not fear. Fear is the mind-killer. Fear is the little-death that brings total obliteration. I will face my fear. I will permit it to pass over me and through me. And when it has gone past I will turn the inner eye to see its path. Where the fear has gone there will be nothing. Only I will remain. ••• Le regard toujours fixé sur la jeune gryffondor, Ryûhei déglutit lentement et se sentit légèrement anxieux à l’idée de discuter de son épouvantard. Comment allait-il parvenir à lui décrire ce qu’il avait ressentit quand il avait vu apparaitre devant ses yeux ce cadavre déformé par la douleur ? Comment allait-il parvenir à lui expliquer sa réaction en essayant de ne pas remuer son passé qui est bien trop douloureux et dont il préférerait ne jamais parler, excepté à quelques personnes à qui tenait plus que tout ? Alors que diverses autres interrogations se bousculaient dans son esprit, le serpentard acquiesça d’un geste de la tête suite à la proposition de la jeune inconnue, même s’il aurait au fond préférer se rendre dans un endroit moins fréquenté que les Trois Balais… Néanmoins, le serpentard finit par suivre la jeune femme et se mura dans un silence presque morbide tout le long du chemin, n’exprimant qu’un simple « merci » quand la gryffondor lui ouvrit la porte pour le laisser entrer en premier dans le pub.

Prenant alors place avec elle sur une table placée dans un coin de l’auberge, il commanda lui aussi un jus de citrouille, même s’il savait pertinemment qu’il n’éprouverait aucun plaisir pour le boire. Mais il tremperait tout de même ses lèvres dans ce liquide orangé, simplement pour ne pas alourdir l’atmosphère qui régnait entre eux. Plongeant son regard dans celui de la jeune femme, il écouta alors ses dires tout en essayant de chasser de son esprit l’image de son épouvantard qui ne cessait de venir le hanter. Prenant une grande inspiration tout en fermant légèrement les yeux, le japonais se concentra à nouveau sur sa voisine qui semblait aussi mal à l’aise que lui. Ainsi, elle se prénommait Aylce Harrington et tout comme lui, elle ne connaissait que peu de chose sur son identité… Toutefois, les battements de son cœur se stoppèrent un instant quand elle prononça le nom d’Ilyès. Et il se demanda comment savait-elle qu’il était proche de son camarade… Mais s’attarder sur cette affirmation et lui poser la question n’était finalement pas le sujet de la conversation qu’il allait avoir. Alors il préféra se taire et laisser la jeune femme continuer de parler.

Mais quand la gryffondor commença à rentrer dans le vif du sujet en commençant à parler de son épouvantard, le corps de Ryûhei fut alors parcourut d’un frisson et le serpentard baissa doucement le regard tout en essayant de contenir le sentiment de nausée qui l’envahissait. Son visage était désormais livide, aussi livide qu’il avait été lors de ce fameux cours. Son père était donc également un moldu… tout comme le sien. Pourquoi existait-il tant de points communs entre eux ? Cela était si morbide quand il y réfléchissait… Déglutissant une nouvelle fois, le japonais tenta de ne pas paraître décontenancé aux yeux de la gryffondor… mais son visage trahissait finalement toute son appréhension sans qu’il ne puisse parvenir à la cacher. Toutefois, il continuait tout de même d’écouter les dires de la jeune femme, dires qui paraissaient si décousus au fur et à mesure que les mots franchissaient la barrière de ces lèvres. Elle était tout aussi confuse que lui au fond…

Et tandis que le silence vint s’installer progressivement, Ryûhei trempa ses lèvres dans son jus de citrouille et répondit au sourire que venait de lui adresser Aylce en haussant faiblement ses croissants de chair. Il aurait bien voulu qu’un sourire franc vienne se dessiner sur ses lèvres, mais il n’y était pas parvenu. Se mordant sa lèvre inférieure, le serpentard souffla doucement et pris la décision de briser le silence, même s’il éprouvait des difficultés pour trouver ses mots. « Je… suis désolée si tu es… déboussolée par rapport à ma réaction… Je ne pensais pas… C’est juste que… ce cadav… enfin ton épouvantard… » Prenant une forte inspiration, Ryûhei dirigea son regard quelques instants vers le plafond, avant de le reposer sur Aylce pour continuer de lui parler d’une voix tremblante. « Il… me rappelle des souvenirs que je préférerais oubliés… Mais c’est comme si… comme s’ils refusaient de sortir de ma mémoire… Et quand j’ai vu son regard… J’ai… »  Sa voix s’étaient désormais éteinte, et le seul mot qui parvint à franchir ses lèvres fut un faible et presque éploré « désolé… ». Il avait été incapable de prononcer un discours cohérent et compréhensible. Alors il s’était excusé, sans trop savoir quelle était la raison pour laquelle il l’avait fait. Détournant son regard de la jeune femme, le serpentard sentit ses yeux se voiler de larmes et il serra fermement l’un de ses poings. Il était si faible… Il avait comme l’impression que tous les maux de son passé étaient des cordes accrochées à son être qui ne cessaient de le ramener en arrière. Et il n’avait trouvé aucun moyen pour s’en défaire à cause de la faiblesse qui est enfouie en lui…
© 2981 12289 0


 
 

Revenir en haut Aller en bas
Harrington Aylce
Appartient à la maison ∆ Gryffondor
avatar
POUR EN SAVOIR PLUS
Re: Soupe à la grimace et sortilège de confiance ft Nakamura Ryûhei ϟ Ven 16 Juin - 9:51

Soupe à la grimace et sortilège de confiance

Aylce était incapable de dire si cette conversation se passait bie nou pas étant donné qu’elle...n’avait rien prévu. Et que bon, tout ça se passait de façon très improvisée. Rien n’avait été planifié. Ni entre eux ni – et c’était sans doute le plus problématique – en elle. Impulsivité, quand tu nous tiens… ! En attendant, la jeune Gryffondor avait réussi à déballé son histoire, sans trop de pincettes – mais était-ce une bonne chose… ? – et sans trop emballé les choses. Réflexion faite, Aylce comprit que les petits mouvements et frissons de son camarade n’étaient pas dû au froid qu’il avait pu ressentir mais… A autre chose. Il réagissait étrangement à ce qu’elle racontait, l’intriguant. Ce qu’on lui avait dit était donc vrai. Il avait effectivement dû réagir bizarrement en voyant son épouvantard. C’était presque sûr, maintenant. Ce n’est que lorsqu’elle se tut, parvenant à faire un sourire, qu’elle vit combien il semblait touché par ce qu’elle avait raconté. La jeune femme sentait l’inquiétude l’envahir en voyant le silence s’étirer. Et si elle avait dit une bêtise ? Et si elle avait réveillé un traumatisme… ? Elle aurait dû se renseigner sur Ryûhei. Elle ne connaissait strictement rien de lui et elle avait tout à fait pu le blesser sans s’en rendre compte. Elle aurait dû essayer d’en savoir plus. Elle aurait dû ! Mais il était trop tard. Le pauvre sourire qui étira les lèvres du Serpentard ne l’aida pas à se sentir mieux, bien au contraire. Mais Aylce ne disait plus rien. Elle attendait. Elle avait l’habitude d’attendre que les choses aient lieu, son don l’y avait habitué, elle n’avait pas le choix. Elle était peut-être de plus en plus impulsive mais elle était surtout de plus en plus patiente. Et ça, c’était très bien, à ses yeux.
Ryûhei se mit enfin à parler et la Gryffondor se concentra à nouveau sur le présent, se grondant en se rendant compte combien elle était partie dans la lune. La réaction orale de son camarade n’était en rien cohérent ou ce qu’elle attendait mais Aylce ne réfléchit encore et toujours pas, en agissant, posant sa main sur le poing fermé du jeune homme, lui souriant. « Ce n’est pas grave. On a tous quelque chose qu’on aimerait oublier. Moi, par exemple, j’aimerai oublier tout le mal que j’ai pu faire à mon père, quand j’étais plus jeune. Quand j’ai voulu me libérer de son emprise. Mais j’ai appris à faire avec ses souvenirs, avec cette culpabilité. Je ne sais pas ce que tu aimerais oublier mais… Le passé a pour objectif de nous construire un futur plus fort. Soit on s’enfonce et le futur s’efface soit, au contraire, il devient plus brillant qu’il ne l’était avant. Et je sais de quoi je parle, j’ai le don de voyance. » Elle n’était pas sûre d’être très utile mais Aylce espérait que Ryûhei serait, au moins, un peu plus à l’aise avec elle. Et, si elle parvenait à l’aider de manière permanente… Eh bien tant mieux ! Lâchant le poing du Serpentard, la jeune femme but une autre gorgée de son jus avant de parler à nouveau. « Mon père n’aime pas la magie, et c’est parce que je le sais que je l’ai vu comme ça, lorsque mon épouvantard s’est manifesté. La magie lui a pris ma mère et m’éloigne de lui, nous le savons tous les deux. Mais je n’ai plus que lui, maintenant, et je refuse de le perdre. Je sais quelles sont les raisons qui ont créées cet épouvantard alors je sais comment empêcher que cette vision ne devienne le futur. Et puis, de toute façon, ce n’est pas parce que l’on a peur de quelque chose que cette chose va se réaliser, n’est-ce pas ? »
@ pyphi(lia)


With luuuuuuuuuuuv:
 

Revenir en haut Aller en bas
Nakamura Ryûhei
Appartient à la maison ∆ Serpentard
avatar
POUR EN SAVOIR PLUS
Re: Soupe à la grimace et sortilège de confiance ft Nakamura Ryûhei ϟ Mar 27 Juin - 20:17


Soupe à la grimace et sortilège de confiance
Feat. Harrington Aylce & Nakamura Ryûhei
I must not fear. Fear is the mind-killer. Fear is the little-death that brings total obliteration. I will face my fear. I will permit it to pass over me and through me. And when it has gone past I will turn the inner eye to see its path. Where the fear has gone there will be nothing. Only I will remain. ••• Des milliers de souvenirs s’entrechoquaient actuellement dans sa mémoire, vestiges d’un passé empli de tourments. Comme s’il devenait à présent un simple spectateur devant un film, Ryûhei voyait tour à tour quelques uns des instants qui avaient marqués sa vie. Des instants qui l’avaient forgé. Des instants où son cœur s’était brusquement comprimé. Et des instants où il avait murmuré instinctivement son désir de voir la lumière s’éteindre dans ses prunelles. Dans son esprit, il revoyait ainsi son père, violemment éjecté contre le sol après avoir reçu ce sortilège symbolisé par une lumière verte. Il se remémorait le visage de sa mère, défiguré par la douleur qui avait envahi son être. Il entendait à nouveau ces cris mêlés aux siens, ces cris qui avaient inondé la pièce jusqu’à finalement s’évanouir pour laisser place au silence. Mais surtout, il revoyait l’épouvantard d’Aylce dans cette salle de classe où planait une atmosphère dérangeante. Il pouvait de nouveau ressentir le frisson qui avait parcouru sa peau, les larmes qui avaient commencées à perler dans ses yeux, la nausée qui avait franchis ses lèvres, ses jambes qui n’avaient cessée de trembler, son envie de fuir mais également de chercher du réconfort auprès d’un autre… Mais la peur était si profondément enfouie en son être qu’il n’avait pas esquissé le moindre mouvement, ni le moindre geste pour faire comprendre à ses camarades qu’il avait eu besoin d’aide…  

Le regard fixé dans le vide, Ryûhei s’extirpa finalement de ses pensées par le seul contact des mains d’Aylce sur les siennes. Ses prunelles alors emplies de larmes fixaient désormais la jeune femme, observant avec peine le sourire qu’elle lui adressait alors que lui était bien incapable d’en esquisser un. Se mordant fortement la lèvre inférieure, le serpentard écouta tout de même les paroles de la jeune gryffondor qui se voulaient certainement rassurante. Tout comme elle, il aimerait pouvoir avancer malgré ce passé qui l’entravait… Mais il n’y parvenait, alors qu’il ressentait l’envie de voir se dessiner un futur radieux, où ses peurs seraient enfouies et où son sourire illuminerait chaque instant de sa journée. Mais c’état comme s’il considérait cette épreuve comme insurmontable… Peut-être était-ce par pure faiblesse ou par pure paresse. Au fond, il l’ignorait. Et finalement, l’unique raison qui le poussait à se détacher de ses douloureux souvenirs était la vengeance. En réalité, il ne serait apaisé à l’instant même où l’homme qui avait détruit sa mort rejoindra le royaume des morts. Il n’existait pas d’autres solutions à ses yeux. Il n’avait d’autre choix que d’assouvir sa cette envie morbide… Mais pourquoi n’était-il pas terrifié à l’idée même d’ôter la vie de quelqu’un ?  

Un soupire vint alors franchir faiblement la barrière de ses lèvres, tandis que la jeune femme continuait de parler, forçant ainsi le serpentard à se concentrer. « Je… je suis désolé par ta mère… Et pour le fait que… tu te sois éloigné de ton père… » Il posa un regard désolé envers elle, conscient de la douleur qu’elle pouvait elle-même ressentir. « Et puis, de toute façon, ce n’est pas parce que l’on a peur de quelque chose que cette chose va se réaliser, n’est-ce pas ? » Cette phrase résonnait désormais dans son esprit. Mais il n’arrivait pas à croire cette vérité. Sa peur la plus profonde, représentée par son épouvantard, était l’image de la mort et de l’agonie de sa mère. Et cette possibilité pouvait devenir réelle, puisque son grand-père maternel pouvait de nouveau commettre des actes impardonnables… « Tu dois sans doute avoir raison… Du moins… j’espère tout comme toi que la peur qui est enfouie en nous ne se réalisera pas… Et que les évènements passés parviendront à nous aider à surmonter notre futur… » Il avait prononcé ses paroles d’une voix faible, comme s’il ne parvenait pas à se convaincre lui-même de la véracité de ces dernières. « Je suis désolé… Tu dois me trouver… déprimant… » Ses lèvres trempèrent à nouveau dans son jus de citrouille alors qu’il ressassait les dires de la jeune femme dans son esprit. Et tandis qu’un silence s’installa, Ryûhei repensait soudainement à une information qu’elle avait donné plus tôt « Tu… tu m'as dis que tu avais… le don de voyance… ? » Il ignorait comment Aylce percevait ce dernier, mais il savait pertinemment que s’il avait eu cette capacité, il l’aurait considéré comme un fardeau, une malédiction.
© 2981 12289 0


:
 

Revenir en haut Aller en bas
Harrington Aylce
Appartient à la maison ∆ Gryffondor
avatar
POUR EN SAVOIR PLUS
Re: Soupe à la grimace et sortilège de confiance ft Nakamura Ryûhei ϟ Ven 30 Juin - 19:40

Soupe à la grimace et sortilège de confiance

Assise face à Ryûhei, Aylce ne savait plus trop quoi faire, elle avait l’impression de s’emmêler les pinceaux, de manquer subitement d’éloquence. Elle essayait malgré tout de servir à quelque chose, de parvenir à aider un tant soit peu le Serpentard. Mais, malheureusement, elle doutait franchement de son efficacité… Elle se retint même de se frapper lorsque le jeune homme s’excusa pour la mort de la mère de la Gryffondor et aussi le fait qu’elle a été immonde avec son père, plus jeune. De sa main libre, elle fit un geste de la main, lui faisant ainsi comprendre que c’était passé. Elle en avait assez d’entendre des gens donner leur condoléance pour la mort d’une personne dont elle ne gardait qu’un seul souvenir. Et puis, c’était arrivé il y a si longtemps… Buvant une nouvelle gorgée de jus, Aylce regarda, discrètement et de coin, son camarade. Il avait l’air de tenir le coup… Mais elle avait un peu peur par rapport à son futur, à vrai dire. Elle avait peur de ce qu’il risquait de faire. C’est dans ces cas-là qu’elle regrettait de ne pas pouvoir avoir une vision du futur de quelqu’un sur commande. Dans ce cas-là, elle pourrait aider Ryûhei. C’est dans ces cas-là qu’elle se demandait à quoi pouvait bien servir son don…
« Non, tu n’es pas déprimant. Notre conversation l’est peut-être mais bon… Je devrai être en tort vu que je suis celle qui l’ait lancée cette conversation, du coup... » Sourire gêné pour compléter la phrase. Sourire qui disparut vite lorsque le Serpentard posa une nouvelle question. Aylce se figea, se rendant compte combien elle avait trop parlé. Certaines choses devraient rester un minimum secrètes… Pas que c’était réellement un secret – ça ne l’était clairement pas si Ilyès en avait entendu parler – mais elle n’aimait pas être approchée uniquement pour ça. « Oui, j’ai le don de voyance. Ça vient de ma mère mais je ne sais pas si ses parents ou un de ses parents l’avaient. Je ne les ai jamais connu et elle n’a pas eu le temps de m’en parler… M’enfin bref. Je suis surprise que tu ne sois pas au courant. Ilyès l’est extrêmement bien, lui... » Petit ressentiment dans sa voix, elle ne pouvait s’en empêcher. Elle n’aimait pas le fait qu’il soit venu lui tourner autour uniquement pour ça. Elle n’était pas qu’un don, loin de là. Elle était une personne avec des pouvoirs qui s’était retrouvée avec un don qu’elle n’avait jamais voulu et qu’elle commençait à peine à comprendre, aujourd’hui.
« Enfin bref. Est-ce que je peux demander ce qui t’effraye tant… ? Ou, sinon, tu me donnes une information sur toi et je t’en donne une sur moi ! Comme ça ce sera égal. » Elle sourit, désireuse de dévier le sujet de son don. Elle n’aimait pas qu’on retienne uniquement ça d’elle.
@ pyphi(lia)

Revenir en haut Aller en bas
Nakamura Ryûhei
Appartient à la maison ∆ Serpentard
avatar
POUR EN SAVOIR PLUS
Re: Soupe à la grimace et sortilège de confiance ft Nakamura Ryûhei ϟ Sam 12 Aoû - 18:37


Soupe à la grimace et sortilège de confiance
Feat. Harrington Aylce & Nakamura Ryûhei
I must not fear. Fear is the mind-killer. Fear is the little-death that brings total obliteration. I will face my fear. I will permit it to pass over me and through me. And when it has gone past I will turn the inner eye to see its path. Where the fear has gone there will be nothing. Only I will remain. ••• L’ambiance qui s’était installée entre eux était devenue morose, bien qu’aucun d’eux ne l’eut souhaité. Mais dans chacun de leur esprit, ils ressassaient leurs souvenirs passés, des souvenirs qui les ont façonnés en tant qu’individu unique, des souvenirs qui ont généralement un goût amer dans la bouche mais qu’ils ne pouvaient oublier. Et Ryûhei le savait pertinemment. Certaines personnes, certains évènements ne peuvent disparaître de notre mémoire, comme s’ils étaient imprégnés à l’encre indélébile dans chaque parcelle composant notre matière grise… Mais au fond, il espérait que les dires d’Aylce soient vrais. Que nos souvenirs, même les plus insoutenables, doivent nous permettre de surmonter les épreuves se dressant dans notre existence… Du moins, Ryûhei espérait fortement que l’hypothèse de la jeune femme s’avère tangible.

Soupirant faiblement, le serpentard avait alors suggérer qu’il était un individu déprimant, tout juste incapable de discuter de sujets intéressants et enthousiasmants. Mais la jeune gryffondor avait alors réfuté ses paroles en précisant que seule leur conversation s’avérait être certainement cafardeuse. Elle avait ainsi accompagné ses dires d’un sourire, sourire qui s’étira machinalement sur les lèvres de Ryûhei, comme un réflexe pour pallier à cette ambiance morne. « Tu n’as pas à t’excuser… Certes, tu as peut-être entrepris de commencer cette conversation… Mais tu n’y es pour rien si elle a dérivé sur un sujet plutôt… déprimant oui… » A cet instant, il avait ressenti le besoin de la rassurer concernant cet état de fait. Instinctivement, sans raison particulière.

Mais après quelques instants, ce sourire que tous deux avaient dessiné sur leur visage s’effaça bien rapidement quand Ryûhei se fit curieux envers le don de voyance d’Aylce. L’anglo-japonais se mordit alors instinctivement les lèvres, peiné à l’idée d’avoir commis une erreur et d’avoir fait ressurgir une peur chez la jeune femme, peur qu’elle éprouvait peut-être envers son don ? Après tout, cette capacité innée pourrait rendre fou n’importe individu… Du moins, Ryûhei savait pertinemment qu’il le serait devenu à sa place. Connaître l’avenir, même sous forme de vision nébuleuse, était un don bien trop terrorisant pour le jeune homme. Comment réagirait-il si une vision cauchemardesque sur son propre futur ou celui de ses proches se dessinaient dans son esprit ? Comment pourrait-il changer le cours du destin ? Et le pourrait-il seulement… ? Ou était-ce seulement une intention futile et perdue d’avance… ?

Le serpentard commença à se caresser maladroitement les mains, geste traduisant toute sa gêne. « Non, j’ignorais que tu possédais un don… » Il n’ajouta rien concernant la mention d’Ilyès, mention qui le surprenait par ailleurs. Il se demandait pourquoi elle avait prononcé son prénom, comme si elle semblait connaître la relation qu’il entretenait tous deux… Mais il préféra ne pas commenter ce sujet et se concentrer sur leur conversation ainsi que sur la proposition qu’elle lui exposa. « Des informations sur moi… ? Je… D’accord… Pourquoi pas… » Ainsi, peut-être parviendra-t-il à éloigner la question de son épouvantard et de sa plus grande frayeur, ne serait-ce que quelques instants… « Je ne sais pas vraiment ce que je pourrais te révéler sur moi… Je suis un simple élève… qui a peut-être des facilités dans les cours de défense contre les forces du mal… Mais je n’ai rien de particulier au fond… » Un rire nerveux s’échappa de ses lèvres. Finalement, peut-être qu’il possédait bel et bien un don, celui de parvenir à rendre à rendre l’atmosphère encore plus pesante qu’elle ne l’était auparavant…
© 2981 12289 0

:
 

Revenir en haut Aller en bas

Soupe à la grimace et sortilège de confiance ft Nakamura Ryûhei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» CHLODNIK OU SOUPE POLONAISE FROIDE AUX BETTERAVES
» Soupe
» Soupe crémeuse au munster et pommes de terre à la bière
» SOUPE AU POISSON À L’ITALIENNE
» Soupe carottes coriandre - cumin

 ::  :: Lieux magiques :: Pré-au-Lard